• Elif Shafak - La bâtarde d'Istanbul (2007)

    Elif Shafak - La bâtarde d'Istanbul (2007)

    Turquie. La famille Kazanci est essentiellement constituée de femmes, les hommes vivant une sorte de malédiction les emportant un à un. La famille est très matriarcale, et l'un des seuls survivants masculins vit aux Etats-Unis. Zeliha, la petite dernière va mettre au monde une fille, Asya, née bâtarde puisque l'on ne connait son père, et que Zeliha n'est pas mariée.

    Etats-Unis. La famille Tchakhmakhchian, immigrée Arménienne est très attachée à ses origines et ses traditions, est aussi une famille matriarcale. Barsam, homme de cette famille, divorce avec Rose, son épouse, qui garde leur fille, Armanoush, dite Amy. Rose va rencontrer un jeune Turc, et l'épouser, faisant rager son ancienne belle-famille.

    Deux famille avec des points en commun, et dont le destin va être bouleversé par Amy, coincée entre deux origines bien distinctes .... 

     

     

    Impression : Malgré la belle brique, j'ai mis un peu de temps pour rentrer dans l'histoire, avec la présentation des deux familles, sur les premiers chapitres (le premier faisant bien 50 pages au moins). Une fois les personnages de Amy et Asya présentés, l'action avance, et le récit devient totalement addictif. J'ai adoré la plume d'Elif Shafak, qui nous avait été recommandé en cours, et je ne regrette absolument pas d'avoir sauté le pas. Je connaissais déjà cette auteur, dont je voyais régulièrement les livres, mais après cette lecture j'ai envie de me plonger dans d'autres de ses œuvres, afin de voir si c'est une auteure à surveiller, telle un Antoine Paje. J'ai beaucoup aimé les personnages, leurs passés, leurs caractères, tout. Eh puis, que dire de la fin à part que je ne m'attendais pas à cela ? J'ai vraiment été surprise, et ne m'attendais pas à tout ces rebondissements ... 

    Si vous aimez les mystères familiaux, vous allez être servis, et vraiment, à part au début, on ne sent pas les 384 pages du roman. Un véritable coup de cœur, comme il m'en arrive rarement, mais là, chapeau, je m'incline, c'est une pépite.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :